AfrikaTrek 2

Ça y est j’ai fini le second tome d’Afrika Trek, du Kilimandjaro à Jérusalem. Je suis contente de l’avoir lu car ce tome m’a apporté trois informations cruciales et plein d’autres indications qui vont m’être bien utile je pense.

D’abord, en Ethiopie, quand on voyage sans tour opérator, il est courant de se faire caillasser par des groupes d’enfants qui vous réclament de l’argent, vous insultent (sur le mode « sale blanc » etc.) et se moquent de vous. Et ça peut être une quinzaine de gamins qui vous harcèlent comme ça jusqu’à ce que vous courriez vous réfugier dans un poste de police, chez l’instituteur etc. Si vous en venez au mains avec eux ça peut complètement dégénérer donc mieux vaut essayer de les ignorer en espérant qu’une grosse brique ne vous brise pas la nuque. Apparemment les adultes n’interviennent pas 🙁

Bon voilà, il n’y a aucune raison pour que les Éthiopiens (ni aucun autre africain) apprécient particulièrement les blancs. Et les meutes de touristes, baladés par les tours opérators, ne doivent pas vraiment aider à nous donner une image sympathique. C’est plutôt un éternel pied de nez sur le mode : regarde-moi, je peux venir me promener dans ton pays, en voiture climatisée qui plus est… Je m’exhibe avec mes richesses, je reste cinq minute pour t’acheter un souvenir, je te fais l’aumône, je fais des photos sans te demander la permission alors que je ne supporterai pas qu’on fasse la même chose avec moi ou encore moins avec mes enfants…

Donc si certains Ethiopiens n’ont pas envie de nous voir, c’est leur droit, à nous de ne pas traîner dans le coin si on se sent indésirable. L’important c’est d’en avoir conscience et de ne pas s’étonner de ne pas être accueilli à bras ouvert comme dans d’autres coins d’Afrique. Et ce n’est pas du tout un jugement de valeur. Qui accueille les migrants en France ? Pas grand monde…

Il y a une citation d’Alexandre Poussin que j’ai adoré. Il explique que lorsqu’ils ont fait certaines visites, exceptionnellement en tour opérator en voiture, les bras levés de la foule pouvaient être pris pour des signes amicaux et le bruit des cailloux sur la voiture pour des cailloux de la piste pris dans les roues. 🙂

Quelques photos du livre à retrouver sur africatrek.com

Deuxième info, au Soudan, au contraire, les habitants sont très très accueillants, jusqu’à « se battre » pour que ce soit eux qui vous accueillent et non le voisin… Mais cet accueil vient parfois surtout de leur culture religieuse qui leur enjoint de faire de bonnes actions. Alexandre Poussin, explique même qu’il existe pour certains Soudanais un système de « bons » points qui seront comptabilisés une fois arrivé le jour du jugement dernier. Bon c’est plutôt une très bonne nouvelle. Ça se double juste apparemment d’un fort prosélytisme. Comment gérer les différences de religions ? Pour Alexandre et Sonia Poussin, la solution est de rappeler que nous avons tous le même Dieu au final… Mais bon quand on est agnostique ? Dire qu’on a aucune idée de ce qui existe au-dessus de nous est-ce que ça peut passer ? Je ferais peut-être un article dédié à ce sujet là.

Enfin troisième information, en Egypte, une partie de la population est anti occidentaux. Ça se traduit par des sous-entendus à la gloire des terroristes et des attentats… Bon, Les auteurs ont apparemment toujours fait mine de ne pas comprendre. Je vais bien me renseigner sur l’Egypte, plus que ce que je pensais au départ, avant de partir.

Évidemment outre ces trois informations cruciales avant tout pour ma sécurité dans les pays traversés, ce tome montre une nouvelle fois comment il est possible de faire des rencontres incroyables juste en posant un pied devant l’autre.

Les bons points

  • Comme pour le tome précédent, c’est bien raconté même si on sent peut-être une petite pointe de lassitude sur la fin, ça va plus vite, c’est moins émaillés d’anecdotes.
  • On a toujours des information sur le contexte de chaque pays. C’est important et ça aide à comprendre les réactions des habitants.
  • On a hâte d’arriver à la fin du voyage avec eux.

Les mauvais points

  • Dans ce tome, les auteurs insistent encore plus sur le côté religieux de leur voyage. Cette fois-ci on sait qu’ils sont croyants et que la religion est importante pour eux. Ce n’est pas vraiment un mauvais point. Mais ce qui me gêne plus c’est les références à Dieu comme une évidence. Alors que pour moi il y a zéro évidence… Il y a aussi cette tendance à voir des signes partout alors qu’il ne s’agit que de hasards. Ça m’agace un peu.
  • Et comme je disais au-dessus, on sent que la fin était moins inspirée. La hâte de finir le voyage ?

Dans tous les cas, pour moi, ce livre est un must read pour les voyageurs en Afrique !

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedintumblrmailFacebooktwittergoogle_plusredditlinkedintumblrmail

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.