100 jours en Egypte, Fayoum 3/5

Cela fait un peu plus de 100 jours que je suis partie de France, l’occasion de vous en dire un peu plus sur les lieux que j’ai visité ici. Je continue donc ici une petite série d’articles sur mes excursions. Abonnez-vous ici, si vous voulez être prévenus quand un nouvel article de la série est publié. Et ici, si vous voulez lire les articles depuis le début.

Fayoum, embrassée par le ciel

Premier petit trip entre amis d’une petite mais très intense journée. Nous sommes partis avec mes amis d’Ismailia et du Caire, le matin tôt en voiture, en direction de Fayoum. Première destination, le village de Tunis, spécialisé dans la poterie. Nous nous sommes arrêtés dans un joli hôtel avec une magnifique terrasse aménagée, entourée d’un jardin regorgeant d’arbres fruitiers et de fleurs. Nous y avons pris notre petit déjeuner relax vers 11h-12h puis avons fait le tour du village qui est décoré de toute part par des fresques murales et visité une des écoles de poterie. Par chance, un petit bonhomme de 12-13 ans travaillait à l’école (c’était vendredi, le week-end, donc c’était pas gagné) et nous a donné plein d’infos sur la technique de fabrication, la provenance de l’argile etc. J’y serait bien resté plus longtemps, mais mes amis égyptiens (et non égyptiens d’ailleurs) n’ont décidément pas le même rythme que moi. Et puis avec notre planning chargé, il fallait passer à la suite histoire de tout faire avant la nuit tombée, c’est-à-dire 17h…

En route donc pour le parc national de Wadi Rum, à l’entrée du parc, évidemment je paye plus cher que mes amis mais j’ai eu de la chance de passer. Nastasya, une instagrammeuse m’a dit plus tard que la zone était fermée au public à cette période, question de sécurité. Et c’est vrai que je n’ai vu que des touristes égyptiens sur place. C’est quand même l’avantage d’avoir des potes locaux, pouvoir aller partout où les égyptiens vont. 

Wadi Rum, c’est un site où l’on peut voir une cascade, j’aime toujours les cascades même si elles sont petites et que des dizaines d’égyptiens pataugent dedans ! et un lac sur lequel on peut naviguer monayant la location d’un bateau et de son rameur. Le tout au milieu du désert, entouré de sable donc. Ici aussi les couleurs sont magnifiques. je ne saurais expliquer pourquoi mais le ciel donne une sensation d’espace incommensurable. C’est beau et c’est géant. Le reflet du ciel dans l’eau y participe c’est sûr. Après un tour sur l’eau et beaucoup, beaucoup de selfie, on remet pied à terre. Il est 3h, il fait nuit dans 2h, or pour venir au lac, la route n’est pas une route mais une piste dans le sable. Et, on n’a pas de 4×4, juste la voiture de Khaled, et pas question de l’abîmer. 

Que faire ? Mes amis veulent faire du sandboard, moi je veux aller voir le magic lake et le musée de la baleine. Bon le musée de la baleine ferme à 14h je crois, c’est trop tard. Et pour aller au magic lake, il faut un 4×4. J’insiste un chouïa, glisser dans le sable c’est chouette, mais je ne pense pas que je reviendrais ici et si on peut voir le reste du site c’est tout bénef. Comme d’habitudes, la difficulté pour moi c’est que mes amis discutent en arabe les différentes options. C’est plus simple pour eux. Mais bon moi je comprends rien. Ils discutent avec un gars sur place. ça s’anime… Le gars part. Plus rien. Donc ? Ah, c’est bon on loue un 4×4  pour aller au magic lake et faire du sandboard. A un super bon prix. Suffisait de demander donc. Mai ça va aller pour revenir après ? Ouiiiiiiii, ça va aller. ok, ok. 

Meilleure partie du trip, on part pour le magic lake en 4×4, le super driver, gravit les dunes comme un dératé et les redescend à toute vitesse, les filles hurlent, pas moi, c’est comme le grand huit. On adore. Puis on monte, vue sur le lac de Wadi Rum depuis les collines. C’est à couper le souffle. C’est pour ça que je suis partie en voyage. On continue vers le magic lake et là aussi les paysages sont magnifiques. Le driver nous laisse en haut d’une dune qui descend vers le petit lac, pendant une petit heure. On peut faire du sandboard, sur les fesses pour moi, j’ai peur de me péter un genou. Mais surtout admirer le paysage tout en papotant tandis que le soleil rosit le ciel. Avant de repartir, je ramasse les bouteilles de plastique qui parsèment la dune…

Le conducteur, bédouin, nous emmène boire un thé au milieu du désert, son territoire. Apparemment le désert fait l’objet de nombreux trafiques en Egypte mais les policiers laissent aux bedouins le soin de le contrôler. En fait, ils n’ont pas trop le choix, les bédouins connaissent le désert, c’est leur maison. Et les flics n’y sont pas les bienvenus. Le soleil se couche tandis que je bois le meilleur thé à la menthe goûté jusque là. Je regarde le feu autour duquel notre conducteur et ses amis discutent. C’est l’heure de rentrer à la maison. Dernière acrobaties en 4×4 dans le noir, à la lumière blanche des phares. On court jusqu’à la voiture de Khaled pour suivre un bus sur le départ, histoire de ne pas se retrouver tous seuls sur la piste. Puis on rentre au Caire, sur du Aznavour.

Fin de ce troisième article sur mes visites. Le prochain épisode sera publié dimanche prochain !  Abonnez-vous ici, si vous voulez être prévenus quand un nouvel article de la série est publié.

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedintumblrmailFacebooktwittergoogle_plusredditlinkedintumblrmail

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.